Nouvelles

Le premier long métrage de fiction de Tracey Deer, réalisatrice chevronnée en documentaires et séries télévisées, est présenté aujourd’hui au TIFF 2020 dans le cadre des programmes TIFF Next Wave et Discovery.  Ce long métrage féroce et acharné tombe à point nommé en tant que témoignage d’une volonté universelle nécessaire pour surmonter le racisme systémique et l’injustice.

BEANS, inspiré par des événements réels, raconte comment en 1990, lors de la confrontation armée de la crise d’Oka, une jeune fille Mohawk à l’aube de l’adolescence doit grandir rapidement et devenir son propre genre de guerrière. Tiraillée entre une enfance innocente et une adolescence imprudente, elle lutte pour construire sa propre identité au milieu du chaos, de la révolte et de l’injustice d’un monde qui la voit comme «différente» dans son propre pays.

«Même si BEANS a lieu au Canada au début des années 90, son message universel peut encore être entendu haut et fort partout dans le monde d’aujourd’hui. J’ai fait ce film pour inspirer, ouvrir les cœurs et les esprits, et donner une voix aux gens qui se sentent invisibles », partage la réalisatrice.

Le film est produit par Anne-Marie Gélinas d’EMAfilms et Mongrel Media distribuera le film au Canada. « Je suis honorée de faire partie de ce voyage et d’avoir été témoin du courage et de la résilience dont Tracey a fait preuve pour porter cette histoire au grand écran; et je suis reconnaissante au TIFF d’avoir choisi le film », déclare la productrice Anne-Marie Gélinas.

Le film est écrit par Tracey Deer et Meredith Vuchnich, avec Marie Davignon à la photo, Sophie Farkas Bolla au montage, Mario Sévigny à la musique et Sylvain Bellemare à la conception sonore.

WaZabi Films a acquis les droits de distribution internationale.  «Beans est un film très à propos. Nous sommes ravis de pouvoir partager la voix de Tracey à travers le monde. L’esprit du film s’aligne sur les diverses causes que nous entendons défendre », déclarent les coprésidents de WaZabi, Anick Poirier et Lorne Price.

Après le TIFF, le film sera projeté au Festival international du film de Vancouver (VIFF).

Le lac des secrets, film noir du réalisateur Phil Sheerin, est présenté en première aujourd’hui au Galway Film Fleadh (Irlande).

Après une sinistre découverte dans un lac saisonnier, Tom (Anson Boon) un adolescent introverti décèle la vérité sur ses voisins, un père et une fille qui dissimulent des secrets lugubres.

« C’est un sombre drame familial avec une touche sinistre. Le ton du film est opprimant mais ça reste visuellement un beau film. Les comédiens sont incroyablement empathiques. Tous ceux qui ont vu le film, sont touchés par les personnages. Peu importe les extrêmes de l’histoire, les gens y croient. »

Après le Galway Film Fleadh, Le Lac des secrets sera présenté au Cinéfest de Sudbury (Canada).

Sortie en salle au Québec le 26 août

Filmoption international et EMAfilms sont  heureuses d’annoncer que le film SLAXX fait partie de la sélection du réputé festival Fantasia et sortira en salle le 26 août partout au Québec et au Canada. Réalisé par Elza Kephart, le film met en vedette Romane Denis (Charlotte a du fun), Brett Donahue (Come Back), Sehar Bhojani (série Coroner), Stephen Bogaert (X Men Apocalypse) et Kenny Wong (Transplant) dans les rôles principaux.

SLAXX raconte l’histoire d’une paire de jeans diabolique qui s’attaque aux pratiques sans scrupules d’une entreprise de vêtements à la mode. Lorsqu’une caissière idéaliste travaillant aux côtés de collègues branchés du magasin phare de la société est témoin des morts sinistres de ses collègues aux mains (jambes?) de la paire de jeans griffée, elle doit tenter de comprendre ce qui anime SLAXX pour essayer d’arrêter le massacre.

Elza Kephart écrit et réalise des films d’horreur et de fantaisie. Elle est titulaire d’un BFA de l’Emerson College (Boston) et du Canadian Film Center Director’s Lab. À 24 ans, elle a écrit et réalisé son premier long métrage, Graveyard Alive – A Zombie Nurse In Love. Il a été présenté dans plus de 20 festivals de films internationaux, dont Fantasia, Fantasporto et Sitges, et a remporté le prix Kodak pour la cinématographie au Festival du film de Slamdance. Il a été diffusé sur TMN, distribué en DVD par Maple Pictures et ainsi que dans les salles de cinéma. Son deuxième long métrage, Go in the Wilderness, présenté en première au Festival du Nouveau Cinéma, a été joué dans divers festivals internationaux et est disponible sur différentes plateformes, dont iTunes.

SLAXX, son troisième long métrage, est avant tout un film sur des pantalons meurtriers! Une idée complètement folle, de Patricia Gomez Zlatar et Elza Kephart, qui critique l’industrie de la mode rapide. Le commentaire social est au cœur de ce concept extravagant qui met en lumière le capitalisme débridé tout en utilisant un humour décapant et du gore à outrance!

SLAXX est produit par Anne-Marie Gélinas et Patricia Gomez Zlatar pour EMAfilms. Le scénario a été écrit par Elza Kephart et Patricia Gomez Zlatar. La direction photo est de Steve Asselin et la direction artistique de Geneviève Huot. Les costumes sont d’Éric Poirier. Les maquillages de Joan-Patricia Parris et les coiffures de Marie-Josée Beaudet. Pour ce film il a été fait appel à Bruno Gatien pour les effets spéciaux de maquillages, à Blood Brothers pour les effets spéciaux et à Simon Beaupré pour les effets visuels. Mirenda Ouellet assuré le montage et Delphine Measroch la composition de la musique originale.

SLAXX a été présenté en 2017 au Marché de coproduction Frontières. Le film a obtenu le financement de la SODEC, de Téléfilm Canada,des programmes de crédit d’impôt et de Squad Entertainement pour la production, ainsi que le financement du Fonds Harold Greenberg en développement. Le film est représenté à l’international par WTFilms.

Vous pouvez dès aujourd’hui regarder deux documentaires d’Hélène Choquette sur Vimeo sur demande.

Chienne de vie

Lepage au Soleil : à l’origine de Kanata

Brigitte Poupart et sa fille Fabiola ont commencé le tournage du film À travers tes yeux, un documentaire qui retrace les origines de Fabiola et imagine à travers différentes rencontres ce que son sort aurait pu être si elle avait grandi en Haïti.

Photo : Maxence Bradley

Top